Aujourd’hui, pour mesurer la performance d’un site web, une majorité des personnes utilisent (nous y compris) les services de notations de performances.

Dans cet article, nous allons voir pourquoi il n’est pas forcément pertinent de se fier à ces notes.

Pour récupérer une note de performance, il existe plusieurs outils connus  :

Nous profitons de cet article pour vous recommander Dareboost qui est un service français récent partenaire de WP Rocket.

Comment fonctionnent ces outils ?

L’ensemble des bonnes pratiques liées aux performances sont enregistrées dans une base de données. Des coefficients sont attribués à chaque bonne pratique.

Une fois l’url soumise, l’outil fait correspondre les données qu’il récupère avec sa base  (minification, poids de la page, nombre de requêtes, etc…). Ensuite, il génère une lettre de performance de A à F, A étant la meilleure, ainsi qu’un pourcentage, 100% étant le meilleur.

Quel est le problème avec les notes ?

Pour déterminer une note, ces outils ne font que vérifier la mise en place de bonnes pratiques liées à la performance web et y appliquer des coefficients.

Malheureusement le temps de chargement (in fine l’élément le plus important) n’est pas pris en compte dans le calcul de la note. Pourtant vos visiteurs ou les moteurs de recherche ne se soucient guère de la note, mais véritablement du temps de chargement.

Cas pratique

Nous avons analysé une page spécialement optimisée pour les notes dans laquelle nous avons volontairement défini un temps de chargement de 15 secondes.

Pour cela, nous avons tout simplement mis en php une pause dans l’exécution de la page d’une durée de 15 secondes.

résultat de test gtmetrix

Sans grande surprise, nous obtenons respectivement 99% et 100% sur Page Speed et Yslow. Cependant, malgré des bonnes notes, nous observons un temps de chargement catastrophique de 15,60 secondes.

À quoi servent les notes de performance ?

Malgré ce contre-exemple, les notes de performances restent bien entendu très utiles.

Elles indiquent les bonnes pratiques en performance web à appliquer sur son site. Grâce à cette base technique, elles permettent d’avoir un ensemble de recommandations sous la main non-négligeable.

Que faut-il retenir ?

La course à la meilleure note de performance ne sert pas à grand chose. Le respect des bonnes pratiques est un moyen efficace pour améliorer la vitesse d’un site, mais cela n’apporte aucune garantie sur le résultat final.

Souciez vous en priorité du temps de chargement réel de votre site et de l’impression de fluidité. C’est le besoin final qui doit retenir toute votre attention.

Un internaute se moque pas mal de vos notes GT Metrix. Par contre, le temps de chargement peut être un élément déterminant dans la suite de sa visite sur votre site et de votre portefeuille (le taux de conversion est intiment lié au temps de chargement).

Avec quel outil faut-il mesurer le temps de chargement de son site ?

Ces outils d’analyse affichent un temps de chargement qui est faussé pour nous les Européens. En effet, par défaut les serveurs utilisés sont Américain. Ainsi, si vous êtes hébergé en Europe, le temps de chargement mesuré sera nettement supérieur à celui de vos visiteurs.

Pour connaître le réel temps de chargement de votre site, vous pouvez utilisez l’extension Chrome Page Load Time ou spécifier un serveur Européen dans les outils d’analyse. Par exemple, vous pouvez choisir le serveur situé à Amsterdam pour Pingdom Tools, Paris pour Dareboost, Paris pour WebPagetest ou celui de Londres pour GtMetrix (possible uniquement si vous êtes inscrit).